print preview

Aarau - «Capitale de la mensuration» aux alentours de 1800

Aarau est une ville que l’on pourrait qualifier de «capitale de la mensuration» tant elle a joué un rôle dans la naissance de la mensuration nationale moderne aux alentours de 1800.

Johann Rudolf Meyer (1739–1813)

Portrait contemporain de Johann Rudolf Meyer
Johann Rudolf Meyer

Issu d’un milieu modeste, Johann Rudolf Meyer a fait fortune dans la fabrication de rubans de soie. Il a investi une grande partie de sa fortune dans différents projets pour le bien de la communauté.

Conscient du fait que la Suisse avait besoin d’une carte de qualité («Schon lange wusste ich, dass Allgemein eine gute Schweizer Karte gewünscht wurde»), il a activement œuvré en ce sens. Entre 1786 et 1797, Joachim Eugen Müller (1752–1833) a établi à sa demande un relief des Alpes suisses à l’échelle 1:60 000 environ. C’est sur la base de ces travaux et de ses propres relevés que l’ingénieur Johann Heinrich Weiss (1758–1826) a réalisé à Aarau l’Atlas Suisse. Cette carte constituée de 16 feuilles à l’échelle 1:120 000 environ est parue entre 1796 et 1802.

Carte contemporaine
La région d'Aarau sur la feuille 2 de l'Atlas Suisse de 1800
© Aargauisches Geografisches Informationssystem AGIS

Ferdinand Rudolf Hassler (1770–1843)

Portrait contemporain de Ferdinand Rudolf Hassler
Ferdinand Rudolf Hassler

 

Originaire d’Aarau, Ferdinand Rudolf Hassler, à 21 ans à peine, a pu financer le mesurage par son professeur, d’une base longue de 13 km dans le Grand-Marais. Au cours des années qui ont suivi, cette ligne de base a été reliée à des mesures d’angles. Par ailleurs, Hassler a entrepris des observations astronomiques de sorte que, aux alentours de 1800, il était en mesure de calculer les coordonnées de près de 50 points entre le Chasseron et le Hörnli dans l’Oberland zurichois.

En 1799, sous la République helvétique, Hassler plaidait pour une mensuration nationale de qualité dans un mémoire intitulé «Über ein Vermessungsbüro». Mais ce régime fut trop éphémère pour permettre la réalisation d’un projet de cette ampleur. Hassler, ne voyant plus d’avenir dans cette «Suisse à la merci de Napoléon», est parti chercher un nouveau champ d’action aux Etats-Unis d’Amérique: «I left in consequence my native place the 15th of May 1805, with wife, children, servants, and besides 96 trunks or bales or similar for down the Rhine.» 
Pour en savoir plus sur l’action de Hassler, rendez-vous sur le site http://www.f-r-hassler.ch/fr/index.html Page externe. Le contenu sera ouvert dans la nouvelle fenêtre.

 

Notes manuscrites avec coordonnées
Relevé de coordonnées de Hassler issu de ses Résultats principaux des mesures (vers 1800)

Philipp Albert Stapfer (1766–1840)

Portrait contemporain de Philipp Albert Stapfer
Philipp Albert Stapfer

C’est dans la capitale Aarau qu’a vu le jour, à l’été 1798, le concept politique de mensuration nationale de la République helvétique. On le doit à Philipp Albert Stapfer, ministre des beaux-arts et des sciences.

Dans son mémoire consacré à un Bureau de renseignements géographiques et statistiques sur l’Helvétie et à un Bureau du Cadastre, Stapfer aboutit au constat politique qu’un projet aussi ambitieux que la mensuration nationale doit impérativement faire partie des compétences de l’État. Élément crucial à cette époque: le gouvernement helvétique est alors centralisé et reconnaît l’intérêt d’une mensuration nationale uniformisée. Au temps de l’ancienne Confédération, les mensurations et l’établissement de cartes et de plans étaient laissés à l’initiative des cantons.

Premières lignes du concept de mensuration de Stapfer pour la République helvétique exposant ses idées sur la mensuration cadastrale:

Bureau de renseignements géographiques et statistiques sur l’Helvétie – Bureau du Cadastre

Il n'est pas douteux qu'une connaissance exacte et complète d'un pays administré ne soit le premier besoin d'un bon gouvernement. Le fondement indispensable de cette connaissance est sans con-tredit une division géométrique de tout son territoire, accompagnée de tableaux statistiques et économiques de ses ressources, de ses moyens, de ses productions industrielles et naturelles, de sa population, de tout le détail enfin qui concerne l'état politique, économique, commercial et domestique des citoyens. Ces notices, ne devraient pas être dispersées çà et là, disséminées dans les différents bureaux des ministres, mais systématiquement recueillies et réunies dans un seul dépôt, où chaque branche de l'administration, même les législateurs, pourraient puiser des renseignements de toute espèce sur leur pays.

Mais il allait falloir attendre 1838 pour voir la naissance d’un service de mensuration public, le Bureau topographique fédéral qui, grâce à l’action dynamique et durable de Dufour, allait conduire à un premier âge d’or de la mensuration nationale.

Documentation


Office fédéral de topographie swisstopo Seftigenstrasse 264
Case postale
3084 Wabern
Tél.
+41 58 469 01 11

E-mail

Office fédéral de topographie swisstopo

Seftigenstrasse 264
Case postale
3084 Wabern

Carte

Voir la carte