print preview

Davantage d’informations et de précision

La politique, l'économie et l'armée de l'État fédéral prospère avaient besoin de cartes toujours plus précises pour s'informer sur les relations spatiales de la Confédération. L’« Atlas topographique de la Suisse » (carte Siegfried) a répondu à ce besoin. La totalité de ses 604 feuilles sont parues entre 1870 et 1926 à l’échelle 1:25 000/1:50 000.

1865–1879    Hermann Siegfried
1879–1882    Jules Dumur
1882–1900    Jean-Jacques Lochmann
1901–1920    Leonz Held
1921–1929    Hans von Steiger

1865–1867     Berne, Ulmenweg 6
1867–1880     Berne, Bubenbergplatz 3
1880–1890     Berne, Hochschulstrasse 6
1890–1892     Berne, Lorrainestrasse 3
1892–1904     Berne, Bundeshaus Ost
1904–1941     Berne, Hallwylstrasse 4

1866–1879
Stabsbüreau
Bureau d'état-major

1880–1882
Topographische Abtheilung
Section topographique

1883–1902
Topographisches Bureau
Bureau topographique

1903–1910
Abteilung für Landestopographie
Service topographique

1911–1952
Landestopographie
Service topographique
Servizio topografico

L’illustration représente un extrait de la feuille numéro 61 de la carte Siegfried (la rive thurgovienne du lac de Constance). Avec sa représentation en trois couleurs, les courbes de niveau, les surfaces boisées, les profondeurs du lac et de nombreuses autres données, l’extrait illustre la forte densité d'information de la carte Siegfried par rapport à la carte Dufour.
Extrait de la carte Siegfried (feuille 61) avec courbes de niveau, surfaces boisées et profondeurs du lac (© swisstopo)

La carte Siegfried

La carte Dufour était un chef-d’œuvre de la technique de mensuration et de la cartographie. Cependant, d’autres besoins sont bientôt apparus au sein du jeune État fédéral : l'économie en plein essor, un réseau croissant d'infrastructures et une administration qui s'occupait constamment de nouveaux domaines de la vie humaine en communauté exigeaient des informations spatiales toujours plus précises.

Déjà en 1868, trois ans après l’achèvement de la carte Dufour, le Parlement a créé la base légale pour une nouvelle série de cartes qui répondrait aux nouvelles exigences.

L’« Atlas topogra­phique de la Suisse », aussi connu sous le nom de carte Siegfried, montrait la Suisse à une plus grande échelle que la carte Dufour : 1:25 000 (Plateau) et 1:50 000 (Alpes et Jura). Elle offrait ainsi beaucoup plus d’espace pour intégrer dans la carte des informations sur le relief, les zones d’habitation, les infrastructures et les rochers.

Les nouvelles courbes de niveau et l’impression en trois couleurs ont renforcé la valeur informative de la deuxième série de cartes suisses.

Points géodésiques et altitudes

Les feuilles de la carte Siegfried sont parues durant une période de presque soixante ans. Pendant cette même période, l'Office fédéral de topographie change de manière fondamentale. Les progrès sont perceptibles à travers l’augmentation de la précision et les nouveaux moyens technologiques.

Trois relevés de base en 1880/1881, la triangulation nationale MN03 (1903-1939) et deux nivellements (1865-1883, 1903-1927) ont déterminé avec toujours plus de précision les points géodésiques de mensuration et les altitudes de la Suisse.

L’amélioration constante des mesures altimétriques a aussi été démontrée lors de la redéfinition de l’horizon de référence pour les mesures altimétriques dans le port de Genève en 1902 : il « chuta » de 376,86 à 373,6 mètres sur le marégraphe de Marseille.

Procédés photographiques

Tout comme les altitudes – qui n’ont cependant été introduites qu’après la redéfinition – les méthodes de prise de vue cartographique ont également changé.

Après la Première Guerre mondiale, le travail à la table de mesure laisse peu à peu place à des procédés photographiques : depuis le sol, les topographes peuvent relever des paires d'images stéréoscopiques, qu'ils évaluent ensuite au bureau. Ce « procédé photogrammétrique » s’est développé au cours des décennies suivantes pour devenir la technologie clé de la mensuration de la Suisse.

 

 
 

1867 : première feuille de la Carte générale

Publication de la première feuille (n° II) de la Carte générale 1:250 000.

1868 : une loi sur la continuation et la publication des levés originaux est approuvée.

A l'insistance du Club alpin suisse, une loi sur la continuation et la publication des levés originaux et approuvée. 

1870 : premières treize feuilles de l'Atlas topographique

Publication des 13 premières feuilles de l'Atlas topographique 1:25 000 et 1:50 000 sous le nom de « Carte Siegfried ».

1878 : publication de la carte d'ensemble

Publication de la carte d'ensemble 1:1 mio. 

1879 : Siegfried calcule l'altitude du point fixe R.P.N

Hermann Siegfried calcule à 376,86 mètres au-dessus du niveau de la mer l'altitude du point fixe R.P.N. à Genève (connu aussi sous le terme « d'ancien horizon ») comme cote de départ pour la mesure des altitudes sur la base des nivellements de précision (mais avec l'ancienne altitude de référence du Chasseral datant de 1840). Cette valeur est utilisée pour toutes les feuilles de la « Carte Siegfried »

1880 : relevés de base d'Aarberg

Relevés de base d'Aarberg par le général espagnol Ibañez dans le cadre des mesures d'arcs de l'Europe centrale.

1887 : premières cartes avec estompage du relief

Pour la première fois, des cartes avec estompage du relief sont publiées (feuilles Oberland I et Jaun-Thoune 1:50 000).

1898 : recherches systématiques de la frontière nationale

Début des recherches systématiques de la frontière nationale du point de vue des techniques de mensuration.

1870 : premières treize feuilles de l'Atlas topographique

Publication des 13 premières feuilles de l'Atlas topographique 1:25 000 et 1:50 000 sous le nom de « Carte Siegfried ».

1879 : Siegfried calcule l'altitude du point fixe R.P.N

Hermann Siegfried calcule à 376,86 mètres au-dessus du niveau de la mer l'altitude du point fixe R.P.N. à Genève (connu aussi sous le terme « d'ancien horizon ») comme cote de départ pour la mesure des altitudes sur la base des nivellements de précision (mais avec l'ancienne altitude de référence du Chasseral datant de 1840). Cette valeur est utilisée pour toutes les feuilles de la « Carte Siegfried »

1902 : Jakob Hilfiker calcule la hauteur R.P.N.

L'altitude du point fixe R.P.N. à Genève est déterminée par Jakob Hilfiker (sur la base de nivellements de rattachement effectués par l'étranger) à 373,6 mètres au-dessus du niveau de la mer (= connu sous le terme de « nouvel horizon » et altitude de départ pour les cartes nationales). L'altitude moyenne de la mer à Marseille sert de point de départ.

1903 : premier nivellement fédéral

Début du premier « nivellement fédéral » (jusqu'en 1927).

1903 : projection cylindrique conforme à axe oblique proposée

Max Rosenmund propose une projection cylindrique conforme, à axe oblique, pour la mensuration de la Suisse (= CH1903).

1909 : arrêté fédéral concernant les mensurations cadastrales

Arrêté fédéral concernant les mensurations cadastrales (en rapport avec le Code civil suisse, entré en vigueur à partir de 1912). 

1910 : début des travaux sur plaque de cuivre des feuilles des Alpes

Début des travaux sur plaque de cuivre des feuilles des Alpes, établies précédemment sur pierre lithographique. 

1912 : l'impression offset est introduite

Introduction de l'impression offset. La première presse offset est une machine de la maison George Mann, à Leeds (Royaume-Uni).

1912 : le Code civil suisse entre en vigueur

Le Code civil suisse entre en vigueur. Il exige l'introduction d'un registre foncier avec les plans correspondants.

1913 : pétition pour une carte au 1:25'000

Une pétition est adressée au Conseil fédéral par la Commission géologique suisse pour l'établissement d'une carte de la Suisse au 1:25 000.

1926 : premiers pilotes engagés

Les premiers pilotes sont engagés. On procède, manuellement, à des prises de vues obliques depuis un avion ouvert de type « Zepp C.II ». Les instruments nécessaires sont mis à disposition par l'entreprise Zeiss.

1926 : introduction de la photogrammétrie terrestre

La photogrammétrie terrestre en région alpine est définitivement introduite. Acquisition de deux appareils de restitution stéréoscopique et de quatre caméras de la maison Wild.

1926 : les dernières feuilles de la carte Siegfried sont publiées

Au total, 604 feuilles de la « Carte Siegfried » ont été publiées. La dernière feuille à paraître est le n° 274bis, Gaschurn.


Office fédéral de topographie swisstopo Seftigenstrasse 264
Case postale
3084 Wabern
Tél.
+41 58 469 01 11

E-mail


Domaine compétent

Infodesk Histoire
E-mail

Office fédéral de topographie swisstopo

Seftigenstrasse 264
Case postale
3084 Wabern

Carte

Voir la carte