print preview

Frontières artificielles et naturelles

La frontière nationale comprend deux types de limite: la limite naturelle et la limite déterminée artificiellement.

La topographie de la Suisse est telle que nos frontières passent dans des villes (Genève, Bâle, Constance, Chiasso), sur terre ferme (717 km), dans des lacs, rivières et ruisseaux (472 km), ainsi qu'en montagne et haute montagne (746 km). Selon la topographie, la frontière nationale suit les conditions naturelles ou a été définie artificiellement.

La frontière artificielle

Les tronçons de frontières sur terre ferme sont abornés par 7132 points, pour la plupart de belles bornes dans le terrain, reliées par des lignes droites. 

Les bornes

Les bornes de la frontière nationale sont des objets historiques protégés et sont entretenues par swisstopo. swisstopo s'assure qu'elles restent identifiables et en bon état mais ne repeint plus leurs écussons pour éviter une usure excessive de la pierre.

La numérotation des points

La numérotation des points, visible sur la carte nationale 1:25000 et sur la carte numérique 1:10000, a été établie entre les différents Etats qui se sont succédés de part et d'autre de la frontière parfois avant même la création de la Suisse moderne.

Plusieurs points portent donc le même numéro puisque chaque Etat d'alors avait son propre système de numérotation. Etant donné que ces numéros sont mentionnés dans un grand nombre de traités internationaux toujours en vigueur, il n'est pas possible de mettre en place une nouvelle numérotation à l'échelle de la Suisse actuelle.
 

La frontière naturelle

Les lacs, cours d'eau et montagnes constituent une frontière naturelle, sans nécessiter la pose de repères dans le terrain.

Des lac et des cours d’eau

Dans les lacs et les cours d'eau, la frontière passe généralement dans leur milieu: Le Léman détermine la frontière avec la France, le Rhin avec l'Allemagne, l'Inn avec l'Autriche. Le Doubs dans le canton du Jura constitue une exception: la frontière y suit la rive suisse. Le cas est identique pour la Morge à St-Gingolph où le sommet de la berge côté suisse fait office de frontière.

Ces exceptions ont des racines historiques et reflètent les relations de pouvoir des États participants au moment où les frontières ont été définies. Les définitions des frontières y sont encore aujourd'hui fixées dans les traités internationaux.

Le lac de Constance constitue un cas particulier puisque les trois états riverains que sont la Suisse, l’Allemagne et l’Autriche n’y ont jamais défini de frontière juridique. Seule une frontière technique a été définie entre les trois Etats. Le lac est considéré comme un condominium sous la souveraineté des trois pays qui le bordent. Toutes les questions touchant à sa frontière sont traitées par des accords écrits entre les différents pays.
 

C’est à Biaufond que la frontière franco-suisse passe du milieu du Doubs à la berge suisse. La borne marquant ce point porte les deux numéros 606 et 1 car elle se trouve à la jonction de deux systèmes de numérotation. Elle est située dans le lac de Biaufond en raison de la construction du barrage du Refrain en 1909.

En montagne

En montagne, la frontière naturelle est simplement définie comme étant la "ligne de partage des eaux"; c'est la crête. Cette ligne n'est pas démarquée dans le terrain. Sur les glaciers et les névés, elle est mobile et s'adapte aux changements morphologiques.

En principe, les lieux de passage réguliers sont démarqués alors que les endroits difficiles ou impossible d’accès sont définis par une frontière naturelle. Le col du Grand Saint-Bernard en est un bon exemple.


Office fédéral de topographie swisstopo Seftigenstrasse 264
Case postale
3084 Wabern
Tél.
+41 58 469 01 11

E-mail


Domaine compétent

Géodésie et direction fédérale des mensurations cadastrales
E-mail

Office fédéral de topographie swisstopo

Seftigenstrasse 264
Case postale
3084 Wabern

Carte

Voir la carte