print preview Retour Page d'accueil

Une coopération particulière : la carte du Mont McKinley de 1960

Un projet cartographique unique relie swisstopo à la plus haute montagne d’Amérique du Nord, le Denali. En 1960, alors que le géant de pierre s’appelait encore le Mont McKinley, une carte de la montagne a été publiée. Son apparence ressemblait aux cartes nationales suisses. Comment cette relation est-elle née ?

06.10.2021 | frf

Section de carte montrant le centre de la feuille. Des montagnes, des glaciers et des champs de neige avec le Mont McKinley en leur centre dominent l'image de la carte.
Carte du Mont McKinley, 1960 (extrait)


En 1951, des avions de reconnaissance de l’US Air Force ont survolé le Mont McKinley, le plus haut sommet d’Amérique du Nord qui culmine à 6190 mètres au-dessus du niveau de la mer. Ils ont pris des photographies aériennes de l’ensemble du massif de McKinley, à l’intérieur des terres en Alaska. La cheville ouvrière de ce travail de mensuration était Henry Bradford Washburn (1910-2007). L’alpiniste, photographe, cartographe et directeur du Boston Museum of Science avait une passion pour cette montagne. Il a entrepris à plusieurs reprises des expéditions au Mont McKinley et son épouse Barbara fut la première femme à le gravir en 1947.

DENA 1887_photo 140-Ausschnitt-2
Barbara Washburn, Frank Been, directeur du parc national McKinley, et Bradford Washburn, 1947 (Denali National Park & Preserve, DENA 1887, A Report on "Operation White Tower" Photo 140)

Coopération outre-Atlantique

Bradford Washburn voulait utiliser les photographies aériennes provenant de vols de prise de vues de l’US Air Force, en 1951 et en 1955, comme base pour une carte topographique du Mont McKinley. Ses exigences étaient élevées : le travail devait être précis, détaillé et esthétique ; le plus important pour lui, cependant, était la représentation habile des rochers. Pour cette raison, l’Américain s’est adressé à la Fondation suisse pour la recherche alpine et au Service topographique (aujourd’hui swisstopo) au milieu des années 1950. Comme il l’a déclaré en 1957, il voulait utiliser les compétences des « remarquables cartographes suisses » pour la carte McKinley et s’inspirer de l’apparence des cartes nationales suisses. En 1961, Washburn déclarait :

On m’a demandé à maintes reprises : « Pourquoi diable faites-vous fabriquer votre carte en Suisse ? ». [...] Je suis convaincu qu’aucun autre pays au monde, en fait, même aucune autre équipe de cartographes en Suisse, ne pourrait s’approcher du travail que font Wild et le Service topographique.


Bradford Washburn souhaitait également que la restitution photogrammétrique des photographies aériennes sur 12 plaques de restitution à l’échelle 1:20 000 soit effectuée en Suisse. En la personne d’Othmar Wey, une sommité de la photogrammétrie, cet Américain entreprenant a trouvé un partenaire idéal au sein de la société Wild Heerbrugg. 

Les coûts de ce projet ambitieux, qui s’élevaient à environ 123 000 francs, ont été pris en charge à 80 % par le musée de Washburn et d’autres donateurs et institutions américains.

Scanned Image
Réseau de triangulation de la région de McKinley, 1953 (détail). Bradford Washburn a également apporté une contribution importante à la base géodésique de la carte McKinley : les triangles noirs indiquent les points de triangulation qu’il avait lui-même mesurés lors de ses nombreuses randonnées en montagne. Les triangles blancs avec des points représentent les points de triangulation de l’U.S. Coast and Geodetic Survey.


Depuis le début des travaux de restitution, de dessin et de gravure (1957) jusqu’à la publication de la carte McKinley (1960), Bradford Washburn a été en contact régulier avec le personnel du Service topographique et les opérateurs en photogrammétrie de Wild Heerbrugg. Au Service topographique, l’expert en reliefs Paul Witzler, le graveur de rochers Paul Ulmer et le chef du département photographique Daniel Chervet ont été les personnes de contact les plus importantes pour l’Américain. La plupart du temps, ils échangeaient par courrier aérien, dans les cas urgents, par télégramme. Pour une collaboration directe, Bradford Washburn a également séjourné au siège du Service topographique à Wabern près de Berne en 1957, en 1958 et en 1960. En 1959, il s’est rendu avec Barbara Washburn au Mont McKinley, où ils ont effectué une reconnaissance finale de chaque détail de la carte.

Des épreuves des dernières avancées en matière de restitution, de dessin et de gravure étaient régulièrement envoyées de Heerbrugg et Wabern à Boston. Bradford Washburn les analysait méticuleusement et les comparait avec des orthophotos et des prises de vue obliques. Il renvoyait ensuite les épreuves à ses partenaires suisses avec une critique attentive des détails. Il a toujours exprimé sa grande admiration pour l’excellente qualité de ce travail. Ainsi, dans une lettre du 4 juin 1959, il exprime à Daniel Chervet son étonnement devant l’extraordinaire précision de la traduction par Paul Ulmer des photographies aériennes en une représentation du rocher aussi exacte que belle : « Je ne peux tout simplement pas comprendre comment il a pu traduire un travail d’interprétation aussi extraordinairement compliqué et complexe avec seulement une demi-douzaine d’erreurs. » 

La photo aérienne montre des zones de la région de McKinley où une végétation de densité variable était présente. Washburn a entouré la végétation dense et semi-dense sur la photo aérienne.
Travail sur les détails : M. Washburn a demandé que les zones à végétation dense (A) soient représentées différemment sur la carte de celles où la verdure est plus éparse (B). (Photographie aérienne avec les inscriptions de Washburn, extrait, 1959)


Connaissances du terrain

Les bons échanges entre Boston, Heerbrugg et Wabern ont été indispensables à la réussite du projet de cartographie, notamment parce que Bradford Washburn était la seule personne ayant une expérience directe sur le terrain dans la région de McKinley. Il était les yeux et les oreilles du projet sur le terrain. Par conséquent, de nombreux éléments de la carte étaient façonnés par sa perception individuelle de la région. Par exemple, il était important pour Bradford Washburn que les zones de végétation situées au nord de la carte apparaissent dans un vert vif. Il l’a suggéré dans une lettre à Paul Ulmer en 1958 : 

Une vallée stérile et rocheuse [en Alaska] est sans vie et pauvre à vivre. Une vallée verdoyante (même s’il n’y a pas d’arbres) est un lieu paradisiaque, et je crois que nous devons le montrer [...]. 

Mount_McKinley-Vegetation
Vert vif : Bradford Washburn voulait que le côté « paradisiaque » de la végétation en Alaska se reflète très clairement dans l’image de la carte.

L’expérience de Bradford Washburn en tant qu’alpiniste du McKinley a également contribué à l’élaboration de la carte. C’est ce qu’on a pu voir, par exemple, en 1959, dans un commentaire sur la représentation des rochers par Paul Ulmer : 

[Je suis] d’avis que les détails des affleurements rocheux qui descendent du pic N. au glacier Harper devraient ressembler le plus possible aux vrais affleurements rocheux [...] car il s’agit de la principale voie d’accès à la montagne et, par mauvais temps, l’identification précise des sommets inférieurs de ces affleurements rocheux est souvent le seul moyen de savoir où l’on se trouve !

Mount_McKinley-Felsvorsprünge
Sous la courbe de niveau de 19 470 pieds d’altitude se trouvent les affleurements rocheux, dont la représentation précise était particulièrement importante pour Bradford Washburn.


La perception personnelle de Bradford Washburn du Mont McKinley a également affecté la coloration de l’image de la carte. Afin de transmettre aux lecteurs de cartes la « véritable grandeur du McKinley », il a plaidé en faveur d’« un peu plus de bleu vif dans notre carte que sur les récentes feuilles suisses [de la carte nationale] ».

Un équilibre entre beauté et lisibilité

Un autre aspect central du projet McKinley était le difficile équilibre entre beauté et lisibilité. Bradford Washburn, par exemple, a critiqué le fait que les courbes de niveau menaçaient par endroits de se perdre dans la représentation des rochers. Le graveur de rochers Paul Ulmer a corrigé les courbes de niveau en conséquence, après quoi le Bostonien a noté avec joie : « Les courbes de niveau de 1000 pieds sont maintenant parfaitement rendues, juste assez foncées pour les rendre visibles, juste assez cachées pour qu’elles ne nuisent pas à l’effet du dessin de la roche. »

Les méridiens et les parallèles sont d’autres lignes de la carte où les cartographes ont dû trouver un équilibre entre beauté et lisibilité. Bradford Washburn a préconisé que ces lignes ne soient pas tracées en travers et le long de toute la feuille, mais seulement marquées au bord de la carte à chaque minute : « De cette façon, il sera facile de localiser les choses avec précision sans altérer la beauté de la carte. »

Le drame des glaciers

Un détail important de la carte McKinley se trouve au bas de la carte : « Cette carte montre l’état de la glaciation en 1951. » Ce chiffre est important car le monde des glaciers autour du Mont McKinley a changé de façon spectaculaire en 1957 : cette année-là, la vitesse d’écoulement des glaciers était incomparablement plus élevée que les années précédentes et suivantes. Cela a donné lieu à d’innombrables nouvelles crevasses ainsi qu’à une modification significative de la forme des langues de glace. Le niveau de la mer à la surface du glacier a également changé. Par exemple, le glacier Muldrow, près du Mont McKinley, s’est enfoncé de 220 pieds (environ 61 mètres), selon Bradford Washburn. Ces failles signifiaient qu’un « surge » glaciaire avait eu lieu. De telles poussées se produisent de manière cyclique en Alaska à des intervalles de plusieurs décennies. En 2021, le phénomène s’est répété pour la première fois depuis 1957. En avril 1959, Bradford Washburn décrit les effets de la surge glaciaire dans une lettre à Paul Ulmer :

[L]e bas du glacier Muldrow est encore pratiquement impraticable sur de grandes parties, alors qu’il y a sept ans, on aurait presque pu faire du vélo sur la glace !


Pour Bradford Washburn, il était clair que la saisie des glaciers peu avant leur changement soudain était d’une grande importance scientifique. Il s’est délibérément abstenu de mettre à jour les glaciers à l’aide de photographies aériennes actuelles. En s’adressant au directeur de la Fondation Suisse pour Recherches Alpines, Othmar Gurtner, en 1958, il souligne : « Notre carte aura une valeur géologique immédiate et suprême en montrant le statu quo exact des crevasses et des moraines avant le changement dramatique qui a tant altéré les glaciers du McKinley ces dernières années. »

Le télégramme contient le message suivant : Our Museum the American Academy and the American Geographical Society feel strongly that all the McKinley Maps should be identical. We are certain that we can agree on colors which will be acceptable to everyone. I am flying Zurich tomorrow arriving Saturday noon arrive Bern Schweizerhof Hotel Sunday afternoon. We can then thoroughly discuss all problems and reach a final and harmonious decision. Please delay printing until middle next week. Still plenty of time make Stockholm. Best regards Brad Washburn.
Télégramme de Bradford Washburn à Daniel Chervet, 1960.


Une carte nationale particulière

Après trois ans d’échanges intensifs de lettres, de télégrammes et de rencontres personnelles, le moment est enfin venu en juillet 1960 : le Service topographique a imprimé la carte McKinley à Wabern près de Berne. Le tirage a été de 31 642 exemplaires, dont un bon tiers est allé au Boston Museum of Science et donc au marché américain. Bradford Washburn a fait le voyage de Boston en Suisse spécialement pour ce grand moment. Il voulait assister à l’impression et avoir un dernier mot à dire dans les corrections finales, notamment dans les couleurs.

Le produit qui a émergé après environ dix ans de travail acharné était vraiment une œuvre magnifique : à première vue, elle ressemblait comme deux gouttes d’eau à une carte nationale suisse. Un regard sur les détails relativise toutefois cette impression. Par exemple, la carte McKinley avait des couleurs plus vives que les cartes nationales suisses et les altitudes étaient indiquées en pieds et non en mètres. Le contenu de la carte ne pouvait pas non plus être tiré d’une carte nationale : comme l’a souligné le directeur du Service topographique, Ernst Huber, en 1960, il n’existe aucune étendue de terre en Europe « où la roche et la glace se sont unies pour former un monde glaciaire couvrant une zone aussi vaste ». En ce qui concerne le pouvoir unificateur de la carte, il a exprimé un espoir : « Si nous avons réussi à rapprocher nos camarades américains de leur propre et magnifique monde de la montagne, alors nos milliers d’heures de coopération ont atteint leur but. »

Le fait que toutes les parties aient considéré cette coopération comme un succès est attesté par plusieurs projets de cartographie sous une forme analogue qui ont suivi le projet McKinley. Le plus connu d’entre eux est certainement la carte du Mont Everest de 1988, que vous pouvez découvrir en détail ici.

Office fédéral de topographie swisstopo Seftigenstrasse 264
Case postale
3084 Wabern
Tél.
+41 58 469 01 11

E-mail


Domaine compétent

Infodesk Histoire
E-mail

Office fédéral de topographie swisstopo

Seftigenstrasse 264
Case postale
3084 Wabern

Carte

Voir la carte