Ouvrir l'aperçu d'impression

Retour Page d'accueil


Mieux vaut trop que pas assez

Depuis 30 ans, swisstopo gère le réseau de points géodésiques de la Suisse. Les points fixes sont fondamentaux pour la mensuration du pays. La vérification répétée d’un point sur plusieurs années rend compte de l’éventualité et de la direction du déplacement d’une région. Les données collectées simplifient la surveillance des dangers naturels, tels que les tremblements de terre ou les glissements de terrain.

05.09.2022 | DKW

Un collaborateur de swisstopo (Graziano Palma) mesure le point géodésique près de Gettnau (LU) lors de la sixième campagne de mensuration GNSS de ce semestre d’été.

Le réseau moderne de points géodésiques suisses a vu le jour en 1992. Il se compose de 220 points couvrant l’ensemble du pays. On entend par points géodésiques des points qui sont marqués de manière durable par une borne ou un boulon, parfois cachés sous un couvercle de regard, et dont les coordonnées sont connues. La position de chaque point est déterminée à quelques millimètres près. Actuellement, le cinquième contrôle et donc la sixième mesure des points fixes est en cours.

Mesures constantes

Les flèches sur la carte de la Suisse indiquent dans quelle direction et dans quelle mesure les régions de Suisse se déplacent.

Les données issues de mesures effectuées sur plusieurs années pour un point donné (appelées séries temporelles) sont précieuses. Plus les mesures sont répétées et fréquentes, plus les informations recueillies sont pertinentes. Cette approche fournit des données qui permettent des évaluations et des analyses sur des lieux et des régions spécifiques

Il vaut mieux contrôler

Un ancien collaborateur de swisstopo (Urs Wild) près du point géodésique de Jeizinen (VS). Sur le trépied se trouve le récepteur GNSS.

Les spécialistes de swisstopo mesurent les mêmes points géodésiques depuis 30 ans, à quelques exceptions près. Les mensurations régulières servent à l’entretien du réseau. Le contrôle sur place permet de vérifier que tous les points sont intacts et se trouvent sur un terrain stable. Les régions qui sont devenues instables avec le temps sont identifiées par le contrôle. Si un point fixe se trouve sur un tel terrain, il est remplacé par un nouveau point fixe sur un terrain stable. Cela permet d’éviter la diffusion de données erronées.

Prévention des dangers

Avec les résultats des mesures de contrôle, il est possible de créer des modèles de vitesse. Ceux-ci montrent à quelle vitesse la Suisse, ou une de ses régions, se déplace dans une direction donnée. À l’intérieur du pays, des mouvements continus des couches supérieures de la croûte terrestre posent problème. Les mouvements dans des directions opposées créent des tensions. En se relâchant trop brusquement, celles-ci produisent des tremblements de terre. Des points qui se déplacent de plus en plus rapidement indiquent des dangers tels que des glissements de terrain.

Tout est en mouvement

Les déplacements ne sont pas seulement horizontaux, mais aussi verticaux (voir carte ci-dessous). Les Alpes sont nées du mouvement des plaques – plus précisément de la pression de la plaque africaine sur la plaque eurasienne. Ce phénomène se poursuit encore aujourd’hui et soulève les montagnes suisses. Les valeurs mesurées aux points géodésiques dans les régions alpines révèlent des déplacements verticaux. La région de Basse-Engadine, tout à l’est du pays, connaît le plus fort soulèvement, avec 1,4 millimètre par an. En raison des intempéries et de l’érosion, nos sommets ne sont pas pour autant plus hauts. Cependant, les points qui se trouvent au fond de la vallée, protégés dans la roche, se soulèvent quant à eux bel et bien.

Ce modèle illustre les mouvements verticaux du pays en millimètres par an.

Aperçu et prévisions

Les flèches sur la carte de la Suisse indiquent dans quelle direction et dans quelle mesure les régions de Suisse se déplacent.

Le déplacement en Suisse se poursuit de manière très constante. Il est très probable que les points géodésiques, et donc le terrain, se déplacent de la même manière dans un avenir proche. Pour autant, toutes les régions de Suisse ne se déplacent pas de la même manière. La zone située près des Haudères dans le Val d’Hérens (VS) est celle qui se déplace le plus: 1 millimètre par an. De manière générale, les régions alpines se déplacent plus rapidement que celles en plaine.

Séries temporelles 

Une série temporelle désigne une suite chronologique de données relatives à un objet. Depuis plus de 175 ans, swisstopo produit à intervalles réguliers des données sur les mêmes thèmes et régions. Les géodonnées utilisées pour l’établissement des cartes nationales sont les plus anciennes. Un réseau de points géodésiques existait déjà auparavant pour établir les premières cartes. Depuis 1992, les spécialistes de swisstopo mesurent et contrôlent les 220 points géodésiques de Suisse. Mesurer un même point à des moments différents permet de créer un modèle de vitesse. Ce modèle illustre les mouvements horizontaux et verticaux du pays.


Retour Page d'accueil

Office fédéral de topographie swisstopo Seftigenstrasse 264
Case postale
3084 Wabern
Tél.
+41 58 469 01 11

E-mail


Domaine compétent

Communication et Web
E-mail

Office fédéral de topographie swisstopo

Seftigenstrasse 264
Case postale
3084 Wabern

Voir la carte